Aéro Carpiquet

Entretient et restaure votre avion en Normandie

Aérodrome LFRK Caen-Carpiquet

Zone Ouest

10 Le Haut Marcelet, 14740, ST MANVIEU NORREY

Tel: 02.31.36.43.99



L'Histoire du Snafu

snafu2 Le Douglas C-47-A-80-DL, numéro constructeur c/n 19539 est livré à l’US Air Force le 29 janvier 1944 sous le matricule 43-15073. Affecté le 11.03.1944 à la 8 th US Army Air Force puis le 17.04.1944 à la 9th US Army Air Force dans le 95th Troop Carrier Squadron basé à Exeter (marquage portière 9X) au sein du 440th Troop Carrier Group, il reçoit de son équipage le surnom de « The SNAFU Spécial » qui est peint sur son nez ( voir photo ) (SNAFU est l’acronyme de « Situation Normal : All Fucked Up » utilisé de façon humoristique par les pilotes de la seconde guerre mondiale pour signifier la situation est normale : c’est le chantier).

logo

Son équipage évoluera au fil des missions à l’exception du pilote et du radio qui resteront les mêmes de la mise en service à la fin de la guerre :

  • Pilote : 1er lieutenant James P. HARPER matricule 19039236 né le 13.08.1921, surnommé « Harp », incorporé le 24/7/41 et domicilié à Corona (Californie), titulaire de l’Air medal (décédé le 16.12.2005)
  • Radio : S/Sergent Joseph R. BUCKNER né le 21.09.1914, surnommé « Buck » et domicilié à Baytown au Texas, titulaire de l’Air medal (décédé le 27.05.2003)
  • Copilote : tout d’abord pour le D-Day le 1er lieutenant Luther J. LIZANA puis à partir de Market Garden le 2nd lieutenant Donald M. SMALTZ matricule 15104925 né le 24.09.1920, surnommé « Chowhound », incorporé le 21/07/42 et domicilié à Weirtron ( Ouest Virginia), titulaire de l’Air medal (décédé en décembre 1982)
  • Chef d’équipage : tout d’abord pour le D-Day le S/Sergent Howard F. LINDSLEY puis à partir de Market Garden le T/Sergent Lafette J. NERREN Jr matricule 06249750 né le 03.10.1917, surnommé « Lucky », incorporé le 3/11/42 et domicilié à Houston au Texas, titulaire de l’Air medal (décédé le 16.08.89)

    snafu3
    logo

    Le Douglas C-47 43-15073 a participé aux opérations suivantes :

  • Neptune durant la nuit du 5 au 6 juin 1944 (mission Albany) où l’avion piloté par le lieutenant James P. Harper et portant le n°88 de sa formation de 90 appareils mène le groupe des trois derniers avions du serial 15. Pour cette opération le 43-15073 ainsi que huit autres avions des 95th, 96th et 97th Squadrons (3 avions par Squadron) a été incorporé au serial 15 essentiellement composé d’avions du 441 Troop Carrier Group. Il largue à 1h34 sur Sainte Mère Eglise (drop zone D au sud de Vierville) un stick de 18 hommes (company F) du 2nd bataillon du 501ème Parachute Regiment Infantry ( 101ème airborne) qui prend contact avec le sol au sud-est de la DZ près de Basse-Addeville. L’avion est gravement endommagé lors de l’opération par des tirs de 30mm qui l’atteignent sous le fuselage et l’aile gauche. Le 7 juin, en raison des dommages subis la veille, l’avion ne pourra décoller de Welford avec les 61 autres avions du 440th TCG (serial 42) pour larguer vivres et munitions à la 101ème Airborne sur la Drop Zone E.
  • Dragoon : basé à partir du 16 juillet sur la côte Ouest de l’Italie à Grosseto (base aérienne d’Ombrone), l’avion participe au débarquement de Provence en larguant le 15 août les parachutistes du 517th Parachute Regimental Combat Team sur le Muy, ville située à 34 km de la côte. Le temps de rentrer à Ombrone et c’est une seconde rotation pour le Muy où il largue un planeur contenant des soldats du 602nd Field Artillery Battalion.
  • Market (Arnhem) le 17 septembre 1944 ou l’avion portant le n° 73 du serial A23 largue 12 hommes du 376ème Parachute Field Artillery battalion (82ème Airborne). L’avion est atteint par des tirs ennemis et l’un des parachutistes qu’il transportait gravement blessé. Le lendemain, 18 septembre, les C-47 du 440th T.C.G. tractent les 82 planeurs des hommes de la 82nd Airborne Division (Glider-borne Artillery) et des batteries B et C du 456th Field Artillery Battalion. Une troisième mission attend la totalité des avions du 440 T.C.G. le 23 septembre à 23 heures avec le largage près de Nijmegen des hommes du 325th Glider Infantry Regiment, là encore unité de la 82nd Airborne Division.
  • Repulse : du 23 au 27 décembre 1944 les C 47 du 440 T.C.G. décollent régulièrement de la base d’Orléans pour parachuter vivres et munitions aux troupes du 501ème régiment d’infanterie parachutiste, tête de la 101st Airborne, encerclées à Bastogne dans les Ardennes Belges. Cette bataille des Ardennes sera pour le 95th Troop Carrier Squadron la plus meurtrière de la guerre puisqu’au cours d’une seule sortie, sur huit avions engagés, cinq seront abattus, les équipages étant tués ou capturés par l’ennemi. Lors de cette mission du 27 décembre (où il se trouve dans un « serial » mené par le 439th TCG), le Douglas 43-15073 est lui même atteint par des tirs de DCA qui l’endommagent si gravement (des centaines d’impacts dénombrés) qu’il ne pourra rejoindre sa base et devra atterrir en catastrophe à Châteaudun. Les dégâts sur l’avion sont tels que les mécaniciens au sol s’interrogent pour savoir s’il est réparable ou non. Il est éloquent à ce titre de lire le récit de Donald Orcutt, pilote leader de l’escadrille : « l'avion de Harper était une épave volante. L’essentiel des pneumatiques avait été emporté par les tirs et il a atterri sur les roues nues en perdant complètement l'une d'entre elles en roulant. Le fuselage et les ailes étaient déchiquetés par des balles de 20 millimètres et d'autres tirs de petit calibre. La gouverne et la toile du gouvernail d'altitude n’existaient plus. Les réservoirs fuyaient et le carburant coulait. Il y avait même des trous dans les pales d'hélice. C'était miraculeux que les moteurs aient pu continuer à fonctionner. »
  • Varsity : le 24 mars 1945, le 440 T.C.G. participe à sa dernière mission de largage de combattants aéroportés en Europe. L’ensemble des 4 Squadrons, soit 90 avions, larguent en dépit de tirs anti-aériens intenses hommes et planeurs de la 17th Airborne Division en Allemagne à proximité de Wesel. Deux avions du 440th T.C.G. seront abattus et quatorze autres sévèrement endommagés.

    logo

    Et ensuite ?

  • Le 12 juillet 46, l’avion est vendu à la Compagnie Aérienne Tchécoslovaque pour devenir avion de ligne sous l’immatriculation OK-XDM (2 photos). Il est alors l’avion amiral de la compagnie Tchèque.
  • Sa présence est notée en 1948 sur la base aérienne 701 (Salon de Provence) pour une F.T.E. (Formation Travail en Equipage).
  • En mars 1960, il est racheté par la France pour l’armée de l’air. On retrouve sa trace en France en juin 61 à Toulouse au Centre d’Instruction des Equipages de Transport avec l’immatriculation F-RAUK.
  • En mai 1965, il est mis en vente sur la base de Châteaudun (comme de nombreux autres C-47), il y restera presque 5 années avec sur son fuselage les marques de son appartenance à l’armée de l’air (photo Y. Tariel)
  • En 1971 on retrouve sa trace à Tours aux Ets SASMAT avec une nouvelle immatriculation F-BTDF.
  • Le 21 Novembre 1972 il est vendu par les Ets Pradier à la Yougoslavie et convoyé de Tours à Belgrade le 11 avril 1973. Son utilisation à titre militaire lui vaut une nouvelle tenue de camouflage et son immatriculation 71-248. Il est signalé à Tours en 1975 (de nouveau les Ets SASMAT ?)
  • Mitraillé au sol en 1993, il gît depuis 14 années sur l’extrémité d’un parking en Bosnie. Par dérision, en référence à l’armée Grecque qui assurait de façon aléatoire le transport aérien de l’EUFOR, l’inscription « May be Airlines » apparaît sur son fuselage.

  • Mentions Légales / Liens Utiles Copyright (c) Aéro Carpiquet - Tous droits réservés